Collection Q

La sieste des Énormes

Pep Bruno & Natalie Pudalov

ISBN 978-84-9871-351-0

15,50

Cantidad:
INFORMACIÓN
  • Páginas 56 pages
  • Encuadernación cartonnée
  • Medidas 22x28 cm
  • Publicación mai 2012

Les Énormes s’en allèrent passer la journée à la plage. Après avoir sauté dans les vagues, fait des châteaux de sable, cherché des coquillages et joué avec le cerf-volant, l’heure du déjeuner arriva. Tous les cinq s’installèrent sous le parasol et firent un sort aux casse-croûte. Alors Père dit : − Les enfants, c’est l’heure de faire la sieste. Grand, Moyen et Petit s’allongèrent sur leurs serviettes.


Descripción

Les Énormes s’en allèrent passer la journée à la plage. Après avoir sauté dans les vagues, fait des châteaux de sable, cherché des coquillages et joué avec le cerf-volant, l’heure du déjeuner arriva. Tous les cinq s’installèrent sous le parasol et firent un sort aux casse-croûte. Alors Père dit : − Les enfants, c’est l’heure de faire la sieste. Grand, Moyen et Petit s’allongèrent sur leurs serviettes. Petit protesta : − On ne peut pas dormir si tu ne nous racontes pas une histoire.

 

Dans la famille des Énormes ou dans celle des humains, les enfants lambinent toujours quand il faut dormir. Que faire ? Leur raconter une histoire peut être une bonne solution et, comme nous ne sommes pas tous attirés par les mêmes contes, le mieux est de les personnaliser et les adapter au désir de chacun.

 

L’auteur compte sur la brillante collaboration de Natalie Pudalov : des illustrations colorées qui renforcent l’imagination et l’humour du texte pour enrichir les personnages avec des détails minutieux et drôles.

L’illustratrice apporte des solutions métaphoriques au récit pour aboutir à des illustrations aussi magnifiques qu’impossibles. Le récit alterne le plan réel (Papa Énorme qui raconte les histoires) et le plan irréel (la récréation minutieuse des histoires racontées). Les illustrations jouent avec la dualité chromatique : bleus marins et verts turquoise pour le premier stade et une profusion de couleurs pour le monde onirique où tout est possible. Le reste du conte offre une ligne « confuse » entre le réel et l’irréel. Délibérément, l’illustratrice invite le lecteur à participer à ce jeu. Comme l’auteur soigne beaucoup les détails descriptifs de l’histoire, l’illustratrice a préféré des images qui stimulent la curiosité du lecteur et évoquent des concepts plutôt que des images qui interprèteraient directement le texte.

En définitive, un album plein de contes et de fantaisie, des ingrédients toujours indispensables. Et ça, Père Énorme le sait comme le savent tous les pères du monde.

 

Texte de Pep Bruno

Illustrations de Natalie Pudalov

Traduction de l’espagnol Marcelline Fouquet