Collection Q

Jack et la Mort

Tim Bowley & Natalie Pudalov

ISBN 978-84-9871-417-3

15,50

Cantidad:
INFORMACIÓN
  • Páginas 32 pages
  • Encuadernación cartonnée
  • Medidas 22x28 cm
  • Publicación octobre 2013

Jack rencontre la Mort et, comme il présume qu’elle vient chercher sa mère malade, il élabore un plan pour se débarrasser d’elle. Usant de sa ruse il parvient à attraper le sinistre personnage dans un flacon ; mais les conséquences de ce confinement sont déconcertantes : rien ne peut mourir. Ce qui au début était une cause de joie – la mère se rétablit subitement de sa maladie grave – devient finalement un chaos.

 


Descripción

Jack rencontre la Mort et, comme il présume qu’elle vient chercher sa mère malade, il élabore un plan pour se débarrasser d’elle. Usant de sa ruse il parvient à attraper le sinistre personnage dans un flacon ; mais les conséquences de ce confinement sont déconcertantes : rien ne peut mourir. Ce qui au début était une cause de joie – la mère se rétablit subitement de sa maladie grave – devient finalement un chaos.

 

Jack et la Mort est une version du conte traditionnel anglais La mort attrapée dans une noix, créée par le prestigieux narrateur Tim Bowley.

 

Jack, est un trickster, il désobéit aux règles établies et déclenche le désordre, une situation bizarre qui nous aide à mieux comprendre la nature et le comportement humain. Ici la mort apparaît sereine, tranquille et inhérente à l’existence.

 

L’auteur insiste sur l’idée de présenter la mort non pas comme une ennemie de la vie, mais comme l’autre face de la même monnaie : l’une n’existe pas sans l’autre. L’illustratrice crée de belles métaphores visuelles, dramatiques, poétiques. Au fil des pages, une corde rouge se tend, se noue, s’embrouille comme la nature changeante de la vie : parfois simple, parfois compliquée.

 

La mort tient un bout de la corde et tire lentement. Des fleurs qui poussent, qui se fanent et meurent, des graines dispersées dans l’air qui volent vigoureusement et laissent une trace de la vie qui s’éteint… La mort a un grand pouvoir, elle prend tout ce qu’elle veut, sans demander la permission, ses grandes mains détachées de son corps sont le symbole de ce vol. Elle possède, de plus, une collection de masques pour mettre sur les visages des personnes quand elles meurent.

 

Le masque choisi pour la mère de Jack montre un sourire, elle meurt en paix. L’illustratrice rajoute un personnage qui n’apparaît pas dans la narration pour atténuer la solitude de Jack : un chien fidèle qui l’accompagnera tout au long de l’histoire et au moment le plus dramatique. C’est un album qui imite la nature de la vie et cache des subtilités qui exigent un examen minutieux pour être découvertes.

 

Auteur Tim Bowley

Illustratrice Natalie Pudalov

Traduction de l’espagnol Marcelline Fouquet