Collection O
Out of Stock

As-tu vu le lion ?

Armando Quintero & Géraldine Alibeu

ISBN 978-84-9871-270-4

14,00

Rupture de stock

INFORMACIÓN
  • Páginas 48 pages
  • Encuadernación cartonnée
  • Medidas 25x23 cm
  • Publicación septembre 2011

– As-tu vu le lion ? demanda la grenouille.

– Je lui porte une lettre qui sent l’herbe et les fleurs fraîchement coupées.

 


Description

– As-tu vu le lion ? demanda la grenouille.

– Je lui porte une lettre qui sent l’herbe et les fleurs fraîchement coupées.

 

Avec cette formule pleine de lyrisme que la grenouille répète à tous les animaux qu’elle rencontre, cet album complète au fil des pages une espèce de puzzle de créatures de la forêt. Les réponses sont des pistes qui vont aider l’infatigable amphibien à trouver le lion. On voit aussi augmenter la curiosité des habitants de la forêt et celle du lecteur pour ce lion qui ne fait que courir et veut atteindre la lune. L’écrivain uruguayen a un long parcours de conteur. Son expérience saute aux yeux dans la tension narrative qu’il construit dans As-tu vu le lion ? L’étrange conduite du lion intrigue tout le monde : atteindre la lune semble la prétention d’un fou ou la prouesse d’un amoureux.

L’illustratrice Géraldine Alibeu présente les animaux de la forêt dans des attitudes statiques. Ainsi, elle transmet l’incapacité des animaux, même celle de la grenouille, à expliquer ce qui se passe dans la tête du lion. Par contre, Alibeu réserve les illustrations hautes en couleur pour le lion.

Elles respirent l’atmosphère urgente et dramatique de sa quête. Ces images étant muettes, au lecteur de deviner ce qui se passe dans l’imagination du Roi de la forêt. L’illustratrice française crée un jeu pour que le lecteur devienne à son tour un chercheur et puisse se reconnaître, comme s’il s’agissait d’un alter ego, dans ce petit personnage massai qui apparaît constamment dans le livre. Cet enfant suit l’histoire attentivement, comme tous ceux qui plongent dans ce collage plastique et narratif qui montre que les plus belles preuves d’amour ne sont pas forcément des prouesses épiques.

 

Texte de Armando Quintero

Illustrations de Géraldine Alibeu

Traduction de l’espagnol Maud Huntingdon